Obsèques et hommage

À Monsieur Serge CAFFIN ancien Maire de notre ville de 1977 à 1989

 

Discours de Madame le Maire Isabelle Mézières

 

En ma qualité de premier magistrat de notre ville, c’est au nom du Conseil Municipal et de l’ensemble du Personnel Communal que je viens adresser un dernier adieu à Monsieur Serge CAFFIN, Maire d’Auvers sur Oise de 1977 à 1989 et Chevalier de l’ordre du mérite Agricole.

C’est l’hommage de la République que je viens déposer devant vous,  un témoignage d’admiration, de reconnaissance à l’élu bien sûr, mais surtout à un Homme exemplaire.

Monsieur CAFFIN a accompli son mandat de Maire, du premier au dernier jour, comme il avait assumé toutes les fonctions que le suffrage universel lui avait confiées : avec humilité, avec sérieux, avec fidélité et passion.

Je mesure les fortes qualités morales, l’énergie et la puissance de travail dont Monsieur CAFFIN avait   fait preuve pendant ses mandats, les sacrifices consentis pour servir le bien public et les nombreux projets réalisés qui ont  apportés une nouvelle dynamique à notre ville   :  Comme la construction de  la Maison de L'Ile, du gymnase Bozon, du collège Daubigny, de la cité des artistes, de  la restauration du château ou bien de la  création du  jumelage Auvers/Zundert et du Festival d’Auvers.

Aujourd’hui, c’est dans la tristesse que nous sommes réunis.

Nous entourons tous votre famille de notre douloureuse sympathie et nous partageons son chagrin. Puissent ces condoléances lui être apaisantes dans son épreuve.

Qu’il me soit permis une dernière citation.

« Puisque tout recommence toujours, écrivait le Général de Gaulle, ce que j’ai fait sera, tôt ou tard, une source d’ardeur nouvelle,  après que j’aurai disparu. »

Aujourd’hui Serge,   les valeurs que vous avez portées et défendues se transmettent, c’est un honneur et une grande fierté pour moi de les porter pour  Auvers.

Vous nous avez quittés, mais votre souvenir ne nous quittera pas.

J’adresse à votre famille un témoignage d’affection, et je dis à vos enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants qu’ils peuvent être fiers de porter votre nom.

Notre estime et notre gratitude vous sont à jamais acquises.

Au revoir  et merci monsieur le Maire.

Guide de rentrée

Accès portail famille

Informations municipales

Retour en images

Carnaval des écoles
juin 2016
Gala Auversion Rythme
2016
La chambre Mandarine
Compagnie de l'Entracte

Publications

Journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes

Vie locale
Date: 25 novembre 2017

La lutte contre les violences faites aux femmes fait l’objet d’une politique publique à part entière depuis plus de 10 ans. L’arsenal législatif a été profondément renforcé, des dispositifs ont été  
expérimentés et déployés sur l’ensemble du territoire, les moyens financiers et humains ont été considérablement accrus. Le 4ème plan de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes (2014-2016) a grandement contribué au renforcement du repérage et de la prise en charge des victimes.
Si l’accompagnement et la mise à l’abri des femmes victimes de violences a progressé, en revanche, les faits de violences et le nombre de victimes reste dramatiquement stable.
En France, toutes les sept minutes, une femme est violée ; tous les deux jours et demi, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou exconjoint ; 220 000 femmes sont victimes chaque année de violences dans le couple.
Derrière ces chiffres, il y a des femmes, des enfants, dont le quotidien est fait de souffrances et de peur.
Ces violences sont insoutenables et inacceptables pour nous toutes et tous.
La lutte contre ces violences doit donc être menée sans relâche. C’est pourquoi le Gouvernement a lancé le 5ème Plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019). Ce nouveau plan, dont les moyens ont été encore augmentés, est organisé autour de mesures fortes, pour permettre aux femmes victimes de violences d’accéder à leurs droits d’être protégées et accompagnées, pour sortir des violences et se reconstruire. 
Nous sécuriserons et nous renforcerons les dispositifs ayant fait leurs preuves dans le 4ème plan, comme la formation des professionnel.le.s, l’hébergement d’urgence ou encore le téléphone grave danger. Et puis, nous allons plus loin encore en amplifiant l’action publique là où les besoins sont les plus importants, vers les publics et les territoires les plus fragiles, vers toutes les formes de violences.
Si ce combat dépend des pouvoirs publics, il doit impliquer l’ensemble de la société. Il est de notre ressort de donner l’impulsion nécessaire au changement des mentalités pour que la tolérance à l’égard des violences recule et que la honte change de camp.
Ce n’est qu’en nous mobilisant collectivement que nous parviendrons à attaquer le problème à sa source et faire reculer les violences sexistes. Tous les comportements et les propos qui tendent à stigmatiser, à inférioriser les femmes participent, directement ou indirectement au continuum des violences, partant des représentations dégradantes jusqu’aux crimes sexuels et aux meurtres conjugaux. Oui, le sexisme tue. C’est pourquoi ce plan s’inscrit dans le plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme que j’ai engagé en septembre 2016.
Les violences faites aux femmes sont séculaires et planétaires. Elles sont économiques, physiques, morales, ou sexuelles. Nous les affrontons toutes. Nous combattons leur banalisation, en usant de mots adaptés pour les nommer. Nous combattons la solitude et l’isolement des victimes. Nous combattons l’impunité des auteurs. Nous avons les moyens. Nous avons la volonté. Nous devons aux femmes des résultats.
 
Laurence ROSSIGNOL,
Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

 

 

Toutes les Dates


  • 25 novembre 2017
 

Propulsé par iCagenda

Site CCSI tourisme

Calendrier

Mai 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
7
14
21
28

Cabinet médical Péan

Nouveau
Prise de rendez-vous internet
Prochain Café citoyen le 10 juin